L’ÉVALUATION DE PROGRAMME CAADP DU NIGÉRIA MISE EN ŒUVRE PAR L’ATA : LE PIEA/ECOWAP EXPÉRIENCE

18
Sep

L’Afrique a été identifiée comme étant la deuxième région la plus forte croissance en cours dans le monde avec un taux de croissance du PIB de 5,2% (3,9% de pré-PDDAA) et de la croissance de 2,3% (1,3% de pré1PDD AA) du PIB par habitant. Cela implique que le PIB global a presque doublé et le PIB par habitant a augmenté d’environ 35%. Cette croissance enregistrée peut ne pas avoir traduit à sortir les gens de la pauvreté, il n’y a guère de changement dans le pourcentage de personnes vivant la pauvreté absolue pré-PDDAA et maintenant. Il est sur le disque que plus de 40% des personnes vivant en Afrique subsaharienne vivent aujourd’hui encore dans la pauvreté 2absolue .
Néanmoins, il a été largement noté que la croissance dans l’économie de l’Afrique est largement ancrée dans le secteur agricole. Cela implique que pour le développement durable de prendre racine, l’Afrique doit atteindre la sécurité alimentaire, l’aide au secteur agricole, qui emploie plus de 60 pour cent de la population. Par conséquent, lorsque les chefs d’Etat africains ont approuvé le Programme de développement de l’agriculture en Afrique (CAADP) au Sommet des Chefs d’Etat de l’Union africaine dans
le cadre d’un nouveau partenariat pour le développement (NEPAD) de l’Afrique pour en Juillet 2003, elle visait à aider les pays africains atteindre un chemin plus élevé de la croissance économique par secteuragricole a dirigé le développement. Au-delà, la poussée était d’éliminer la faim, réduire la pauvreté, parvenir à la sécurité alimentaire, et de permettre l’expansion des exportations.
Nigeria a signé le pacte du PDDAA en 2009 et a formulé le Plan National d’Investissement Agricole (PNIA) en 2010 en tant que cadre du pays pour la mise en œuvre du PDDAA. Depuis la signature du PDDAA, l’accent a été mis sur l’allocation de 10% du budget national au secteur agricole dans les autres pour atteindre 6% de croissance agricole qui est l’objectif principal du PDDAA. Bien qu’il existe d’autres engagements et des indicateurs mesurables dans le compact, pays évaluations »de mise en œuvre du PDDAA ont été évalués sur leur attachement à la Déclaration de Maputo, plutôt que les résultats en termes de croissance sectorielle ou peut-êtrel’impact étendue des investissements sur la réduction de la pauvreté, la sécurité alimentaire et la création de richesse.

CAADP FARM & FOOD FRENCH NEW CORRECTED